Hygiènes

La litière qui nous tue tous

Salut la team Animaux, j’espère que vous allez bien en ce début de semaine.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet très important et sérieux.
Les litières qui nous tuent tous.

On ne le sait pas forcément mais certaines litières sont dangereuses pour nos chats et pour nous autres humains également. Elles nous tuent petit à petit…
Je vous explique tout de suite pourquoi.

11.5 millions de chats domestiques en France

Une étude faite en 2015 montrait que 26% des français ont un chat dans leur foyer. Et on comptabilise pour le moment 11.5 millions de chats domestiques en France.

Pour 11.5 millions de chats, on utiliserait 400 000 tonnes de litières par AN soit 13 kilos de litières par SECONDE. Ce qui fait énormément de déjections félines.

Mais savez-vous exactement comment la litière de votre chat est composée ?
Moi je ne le savais pas, alors je me suis renseignée.

Litière, un danger sanitaire.

La plupart des litières vendues en grande surface ou bien dans des magasins spécialisés sont en effet un danger sanitaire pour nous mais également pour nos chats.

Les litières qui ont été blanchies et/ou parfumées sont traitées au fongicide et au pesticide. Mais elles contiennent également des PM10 (particules fines, particules suspendues).

Les poussières d’argile ou de silice que dégagent ces litières contiennent énormément de composants cancérigènes qui viennent directement se poser sur nos poumons et sur ceux de nos chats. Les personnes ayant des problèmes cardiaques et pulmonaires sont au contact, chaque jour, de particules qui aggravent leurs problèmes de santé.

Mais pour les personnes sans problèmes particuliers, elles ne sont pas immunisées pour autant contre ces toxines. En effet, les PM10 dont sont composées les litières provoquent de grosses inflammations qui aident au développement des problèmes cardiaques et pulmonaires.

Les fongicides et les PM10

Mais ce n’est pas le seul problème. Les fongicides qui permettent de blanchir et de parfumer les litières, sont des particules très dangereuses et posent un vrai problème sanitaire.

Ces particules bloquent une enzyme qui participe à la respiration des organismes vivants. Le problème est que l’être humain, les plantes, les animaux, les vers de terre sont vivants et nous respirons tous.

En éradiquant les champignons et les moisissures de la fabrication de litière, les fongicides provoquent également des problèmes respiratoires, du système nerveux, des encéphalopathies chez l’enfant ainsi que la prolifération de tumeurs gastriques et rénales pour l’humain et les animaux respirant ces poussières.

Selon le site Respire-Asso (https://www.respire-asso.org/particules-en-suspension-pm10-pm-25/)

Les valeurs recommandées des particules fines:

  • 50 µg/m3 en moyenne journalière, à ne pas dépasser plus de 35 jours par an ;
  • 40 µg/m3 en moyenne annuelle.

L’Union européenne a fixé son objectif de qualité à 20µg/m3 en moyenne sur l’année. La Grenelle de l’environnement souhaitant arriver à 15µg/m3. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande, elle, une valeur de 10µg/m3.

En sachant que pour les litières de nos félins les mesures réalisées ont pointé du doigt un taux important de particules fines PM10. Alors qu’elles ne devraient pas dépasser 100µg/m3, certaines marques de litières frôlent les 20 000µg/m3.

Selon le Dr Michel Vincent, pneumologue au centre hospitalier Saint-Joseph-Saint-Luc de Lyon, nous sous-estimons les risques des autres poussières cachées.

De quoi se poser 20 000 questions… Comment peut-on vendre des produits aussi dangereux pour l’environnement, non seulement pour nos chats mais pour nous-mêmes également ?

Comment accepter que nos chats puissent respirer à longueur de journée ces toxines qui les tuent petit à petit ?

Fort heureusement, beaucoup de litières naturelles et végétales ne sont pas concernées par toutes ces particules toxiques. Mais il faudrait réagir et interdire la vente de celles qui ont des produits ultra dangereux.

Pour l’écriture de cet article, je me suis guidée sur les propos de Mr Pierre Rustin, directeur de recherches au CNRS et chercheur à l’unité Inserm de l’hôpital Robert-Debré de Paris parus dans le journal LA CROIX, mais également grâce à la page RESPIRE-ASSO.ORG

Quels sont les risques des fongicides ?
La Croix -Les particules fines en suspension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *